Sortie 20 & 21 avril – La Rochelle

Equipage :
Olivier R, Matthieu P, Dominique L, Christophe R, Guillaume B, Sylvain M, Nicolas S & Philippe D.


Marées La Rochelle:

Jour Coeff matin/soir Pleine Mer Basse Mer
vendredi 87/81 08:17 / 20:28 02:18 / 14:37
samedi 75/68 09:18 / 21:43 03:06 / 15:27

Prévisions météorologiques datées du jeudi 19 avril 2018
prevision fichier GRIB - 180420 La Rochelle

L’entraînement sans le vent

Jour 1 :
Après un voyage luxueux en classe C et une nuit plus difficile dans un sauna de 10m2, nous sommes sur le pont à 9h00 pétantes.
Inventaire fait et crème solaire appliquée on peut larguer les amarres. Le climat s’annonce plutôt méditerranéen, shorts et T-shirt sont de sortie, seuls Guillaume et Olivier ont décidé de garder un équipement complet, autant pour se protéger du soleil que pour briller sur les vidéos GeoSail 🙂
On rencontre quelques difficultés à hisser la grand-voile ce qui pourrait présager d’un week-end compliqué, il n’en est rien ! On sort du port tranquillement, au près, en écoutant les divers conseils et recommandations.

  • La première partie concerne le virement de bord réussi. Je vous la fait courte, il paraît que des podcasts (?) sont en préparation pour réviser les bases entre deux régates ou avant de se coucher. Pour un virement de bord réussi il faut donc retrouver sa vitesse cible le plus vite possible. Pour ce faire, ne surtout pas border trop vite les voiles, laisser le barreur retrouver doucement (pas trop quand même) le cap et analyser le vent avant de peaufiner les réglages.
  • La seconde partie du ‘cours’ est sur le passage en mode régate, concentré, habillé, motivé et ne pas hésiter à se faire mal en étant au rappel au vent. Prenant très au sérieux la sortie de ma zone de confort, pour mon premier jour je décide de faire du zèle en sautant à deux reprises dans la cale à spi. Effort louable mais qui n’eut aucune incidence sur l’amélioration de notre vitesse cible…

Une fois passé le phare du bout du monde et le cours assimilé il est temps de passer à la pratique.

Les premières manœuvres consistent donc en quelques virements de bord avec pour objectif de revenir au plus vite à la vitesse cible. Le vent étant faiblard cette vitesse fut de 4,2 nœuds. La pratique ayant surpassé la théorie, on passe à la maîtrise du spi, l’heure pour Guillaume et moi de montrer notre explosivité. Hissages et empannages lents mais pas trop laborieux. On commence à monter en confiance quand le vent décide de se retirer. Nous voilà dérivant sur le plan d’eau à 11h30 sans un brin de vent pour nous faire avancer. Décidant de gérer ce temps faible dignement nous enchaînons repas et sieste. 13h30 toujours pas de vent ; notre bateau étant au mouillage sur une bouée au large de la plage de l’ile de Ré, certains décident de se rafraîchir les idées dans une eau à 14 degrés. La marée basse nous chassant de notre mouillage on en profite pour faire quelques exercices de tangon humain, pour sentir le vent, activité salutaire qui dans ces conditions météo oscille entre la méditation et le yoga tonique. Vers 16h alors que nous voguons au moteur vers le port, le vent se lève. Ce fut comme apercevoir la terre après 2 mois de mer 🙂 . L’excitation s’empara de l’équipage et on put reprendre les manœuvres !

A l’entrée du chenal nous reprenons les virements de bord avec cette fois une vitesse cible de 5 nœuds. Qui l’eût cru ! On en profite également pour jouer un peu avec le spi et améliorer les automatismes d’empannage. On rentre finalement au port avec le sentiment d’avoir fait un peu de voile mais Philippe, jamais rassasié, nous propose d’aller manœuvrer dans le Vieux Port.
A 18h un vendredi soir ensoleillé on est sûr de faire fureur auprès des badauds rochelais se promenant sur le Vieux Port. On enchaîne les virements de bord avant de finir en beauté en ressortant du Vieux Port le spi gonflé. Une fois amarré, on range voiles et écoutes sous 30°C. La bière de debrief en terrasse donnant sur la plage bondée est grandement appréciée et une deuxième est nécessaire pour décider dans quel restaurant nous allons nous restaurer 😉

Jour 2 :
La soirée au ‘Diplomate’ fut ludique mais peu animée, nous sommes donc en pleine forme pour attaquer cette seconde journée !
Elle sera courte car au vu du vent et de la marée, le retour est prévu pour 14h.
C’est toujours la pétole et on enchaine donc les manœuvres plutôt tranquillement. On décide tout de même d’envoyer le spi quitte à s’en servir de génois, non par paresse des hommes de la plage avant mais pour tester son efficacité limitée aux allures moins débridées. D’après Philippe cette technique ne peut être utilisée que brièvement – en deçà d’une minute – juste de quoi passer une bouée par exemple, en style bord breton sous spi…
Aujourd’hui Dominique nous a rejoints pour occuper le poste d’embraqueur mais la synchronisation de l’équipage n’est pas trop modifiée. Seuls Christophe et Matthieu ont alterné leurs positions d’apprenti skipper, tout à leur joie d’exiger l’affalage du spi derrière le génois ou dans le cockpit de façon à garder Guillaume toujours éveillé.

A 11h, comme la veille, le vent tombe complètement. L’équipage, mieux préparé à gérer ce coup de mou, réagit au quart de seconde : 3 à l’avant torse nu en panneaux solaires humains, 2 au milieu à la confection des sandwiches et 3 à l’arrière pour l’apéro.

La reprise du vent n’étant pas espérée avant 16h on fait route vers le port au moteur, profitant de ce beau temps, parfait en terme d’ensoleillement, passable en terme de vent.

Un bon week-end quand même, fort agréable, qui a permis de revoir un peu les fondamentaux mais pas de quoi nous pousser dans nos retranchements !

Nicolas S.


Résumé en vidéo de ce week-end …

Petite galerie photographique du 1er jour de navigation avec séance photomaton devant le pont de l’ile de Ré 🙂